------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le Dalaï Lama répond a cette question; qu'est ce qui vous surprend le plus dans l'humanité ? : " Les hommes....Parce qu'ils perdent la santé pour accumuler de l'argent, Ensuite ils perdent de l'argent pour retrouver la santé. Et à penser anxieusement au futur, ils oublient le présent de telle sorte Qu'ils finissent par ne vivre ni le présent ni le futur. Ils vivent comme s'ils n'allaient jamais mourir..... Et meurent comme s'ils n'avaient jamais vécu ". ......ne pas oublier que l'on nait tous de la même couleur: violette...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

jeudi 21 janvier 2010

L'ILE VERTE , SA BANQUISE, SA PECHE BLANCHE.



De Isle Verte-Quebec-janvier 2010
Diaporama de la banquise de l'ile Verte au Québec en direct


Beautés de l'hiver au Québec- Avec la banquise, les couleurs mystérieuses de la glace, la pêche blanche des poissons des chenaux..........



une petite vidéo du cru, sur youtube;




Après avoir été retenue a Québec pendant 3 semaines, ou je gardais un petit chien, dont les maîtres étaient partis en vacances.
Des la première fin de semaine, je me suis organisée une sortie raquettes, camping, banquise a l'île Verte.
Déplacement en covoiturage (hiver oblige) a l'allée avec Allo-stop, au retour avec Amigo.
le seul départ disponible le samedi matin a 11h, est sur allo stop, très gentil congolais-québécois, qui allait voir des amis a Rimouski.

Arrivée a 13h15, sous la neige, qui s'est rapidement arrêtée, le temps que je prenne un café au restaurant "le Barillet", ou je voulais avoir les infos nécessaire, afin d'éventuellement prendre le pont de glace. Bien m'en a pris, car après les fortes marées de la dernière lune ainsi qu'un réchauffement de la température, on m'a conseillé vivement de ne pas l'empreinter, car une dame aventureuse l'avait tenté la veille, pour se retrouver les fesses a l'eau glacée, heureusement pour elle , elle a été secourue rapidement.
Il fait assez gris, mais des trouées de nuages arrivent, je vais donc sur la route qui mène au quai ou l'on embarque pour le traversier, en saison d'ouverture.















tout est blanc, on voit Des petites îles qui semblent accessible a pied. Les cabanes des pécheurs sont alignées, avec des pistes de
utilisés pour les déplacements, c'est très pratique, mais bien équipé contre le froid....
j'ai mes bottes d'hiver avec du feutre, en marchant je n'ai pas froid, pour le moment il ne fait que -2°, mais vent a 40-60 km/h, ce qui refroidi considérablement.
La neige est très belle, des dunes se sont formées en banc de neige (congères) NOS DUNES BLANCHES.....


















La glace qui apparaît de ci de la, avec son bleu laiteux, me chavire, je sais pas pourquoi, j'aime particulièrement cette couleur de glace.
Elle est le résultat de l'adoucissement qui a fait fondre une partie de neige, l'eau a coulé tout en regelant, c'est assez spectaculaire, et curieux, car la glace est souvent dans des pentes, avec des coulées de neige,poussées par le vent.
Je discute avec un couple qui coupe la glace afin de pécher le lendemain matin. En premier ils aplanissent l'endroit, ils avaient deja un trou par la, heureusement car la glace fait environs 4 a 6 pieds d'épaisseur dans ce coin, et il y aura qu'un pied a découper a la tronçonneuse, qui a une chaîne spécial, afin de couper, pas comme le bois.


















Ensuite une fois le trou dégager, ils montent la cabane dessus, ferment le trou avec une planche, ils n'auront plus qu'a donner des coup de bâton de métal, pour casser la glace reformée dessus (entre 1 et 2 pouces (3 a 5 cm).
ce type de






 se pratique de décembre a mars, selon la température, des que les glaces sont assez résistantes. c'est toujours a l'embouchure d'une petite rivière, ou les
remontent le courant sous la glace, afin de se reproduire dans l'eau douce sous la glace.....
La nuit tombe encore assez tôt, je me renseigne , afin de savoir si la trail de ski-doo continue, et si je peux camper dans la foret au loin, la bas, a l'abri un peu du vent.... il y a 7 km, je traîne pas....
Plusieurs ski-doo, s'arrêtent afin de me proposer de m'amener, ou m'aider si j'ai besoin...solidarité des conditions extrêmes....













Le vent faibli pas, la température baisse, -10° environ, je regarde le soleil se coucher de l'autre coté du fleuve, derrière l'île....j'essaie d'aller dans un bois proche, mais avec mes raquettes, je m'enfonce jusqu'aux genoux, trop dur........ je fait demi-tour, revient sur mes pas sur la trail, et empreinte ce qui ressemble a un sentier non entretenu, la neige y est incurvée joliment.
La je ne m'enfonce quasiment pas, trouve a 700-800 m de la trail, un endroit correct, après un arbre, qui dépasse sur la trail, au cas ou un farfelu en ski-doo, viendrai par la.
Je tasse la neige avec les raquettes, c'est bien pratique....













Par contre mes piquets , hyper léger, sont pas efficaces avec le vent, je dois casser des branches, afin de me fabriquer des piquets qui tiennent au vent....après avoir perdu 2 piquets, et avoir batailler avec la tente qui se soulevait sans arrêt au vent....fiiiouuuuu j'ai réussi, j'ai pas eu le temps d'avoir froid.......
il est autours de 18 h, et me prépare une soupe au couscous........ le petit
fonctionne très bien avec l'alcool, et l'esbit supplémentaire, mais malgré que j'ai mis dessous un morceau d'alu plié en de multiples épaisseurs, la chaleur dégagée fini par le chauffer, et je dois surveiller constamment afin qu'il verse pas, ce qui arrive bien sur, je le rattrape in extrême, soulève la popote,avant qu'elle verse complètement , la sort, essaie de déplacer la base, qui continue a flamber, après avoir enlevé le pare-feu, je tire la base avec le brûleur, qui verse un peu sur mes gants........qui commencent a brûler.....shiiiiiiiiiiit!, j'éteins de suite dans la neige.......réussi a remettre en place le bruleur et fini la cuisson....on s'ennuie pas en camping de neige....... (je vérifie le lendemain, mes gant ont aucune marque de brûlure) .















Équipée d'un pantalon de ski, pour enfant ( chez mec) bien doublé en primalof, ainsi que de ma veste en duvet "Nike" , je n'ai pas du tout froid, assise sur la neige, sur l'isolant a bulle et alu dans l'entrée de la tente, a l'abri du vent.
Je rince a la neige ma gamelle..... un petit pipi vite fait ...... et hop dans la tente vers 19h30, après avoir contemplé un superbe ciel étoilé plein des sirius, pléiades et Orion le magnifique.
Installation de l'alu , ensuite j'essaie de gonfler le matelas, qui s'avère difficile, comme si la mousse intérieur, sans doute restée humide, avait gelé... j'ai du mal a le gonfler correctement, après plusieurs essai, j'y arrive a peut près.... de toute façon j'ai le temps.......
Ensuite je dois mettre mon sleeping bag (signalé comme suffisant a -7°) dans une enveloppe en polaire, qui me protégera du froid, et surtout absorbera l'humidité provoquée par ma respiration et la condensation du choque thermique de ma chaleur et du froid, le polaire me couvre au dessus de la tête .
j'ai changé de chaussettes, important qu'elles soient sèches, je met un caleçon en mérinos, et un pantalon en nylon, en haut, 2 pulls fin en mérinos, et un dessus en lainage très chaud mais fin, la capuche de la veste, qui est bordée de fourrures, me protégera bien du froid.















La veste je la met dans une enveloppe en soie, afin de me faire un douillet et chaud oreiller.
les intérieurs en feutres des bottes , je les glisse dans une protection imperméable, sous mon oreiller, afin qu'elles soient pas gelées au matin....
la température doit descendre autours de -21°...ai-je appris au café, je m'attendais a -12°, changement de dernière minute.... faudra faire avec.
En fait ça descendra a -25°, je dois dire que j'ai pas eu chaud, mais pas froid non plus, a part que je me suis réveillée toutes les heures, j'avais mon ipod, ou j'ai pu écouter un bon bout de "signé Furax" une vieille saga radiophonique de Francis Blanche et Pierre Dac.
le vent a cessé vers 2 h du matin, quand la température a vraiment baissée.
















Me suis levée a la première lumière du jour,avant le levé de soleil, a 6h30..... le temps de tout plier a l'intérieur, m'habiller sans avoir trop froid, Le pire c'est a l'extérieur ou la j'ai les mains et les pieds qui refroidissent très vite, surtout en défaisant certains éléments en métal, je met plus de temps qu'a la normal, et plie la tente en la secouant tant bien que mal, mais sans l'essuyer comme a l'habitude, trop froid aux mains, et je sens plus mes orteils, je dois vite marcher....
Après 20 mn de marche ça revient en piquant dans les pieds et mains............., la lumière est superbe.... grand ciel bleu........
Etant donné que l'eau est bien gelée dans mes gourdes.... j'ai pas envie de continuer a me geler immobile a attendre de faire fondre de la neige, sur un poêle qui aura tendance a pencher.... je vais marcher jusqu'au village, et prendre un bon petit déjeuner, bien au chaud......














J'ai les narines qui collent, pas besoin de baromètre, c'est du -25° c'est sur, mais alors que c'est beau tout autours, je me promènerai toute la journée en quête de jolies photos, discussion avec un gentil pécheur (mr Alain) du coin, il a sa petite cabanounette, juste assez grande pour lui, revêtue de Plexiglas face au soleil, pas besoin de chauffage, le soleil fait la job.
A sa retraite, il vient chaque jours, ramasse des poissons, en offre a ses connaissances , pour le surplus, ça mord vraiment bien il en pêche 4 devant moi, alors que je le distrait, car il faut ferrer au moment de la touche, il a 3 hameçons sur sa ligne avec un plomb au bout, des sangsues comme appât, heureux homme......
finalement malgré le refroidissement, le pont de glace est encore risqué, ce sera donc pour une autre fois........bonne occasion pour revenir.
Après un petit repas au chaud, mon covoiturage arrive vers 18h30, et retours a Québec, a 5 mn de chez moi......