------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le Dalaï Lama répond a cette question; qu'est ce qui vous surprend le plus dans l'humanité ? : " Les hommes....Parce qu'ils perdent la santé pour accumuler de l'argent, Ensuite ils perdent de l'argent pour retrouver la santé. Et à penser anxieusement au futur, ils oublient le présent de telle sorte Qu'ils finissent par ne vivre ni le présent ni le futur. Ils vivent comme s'ils n'allaient jamais mourir..... Et meurent comme s'ils n'avaient jamais vécu ". ......ne pas oublier que l'on nait tous de la même couleur: violette...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

vendredi 19 juin 2009

Larmes de joie de Dame Nature























GALERIE Quebec- dame Nature Pleure de Joie

En rentrant a pied de mon travail, par cette chaude journée pluvieuse, j'ai été gâtée par Dame nature qui a fait son décor du jour. Juste avant que le vent fasse son œuvre.
Légèrement influencé par les photos de


  • Smggl dans son jardin aux fruits inconnus ;)
  • J'ai eu l'envie de dégainer mon reflex sous le parapluie, qui arrêtait pas de bouger, ou me faisait de l'ombre..... quel sport la photo :) , mais c'était trop beau, alors j'ai picoré dans les façades de jardin dans les petites rues, remplies de verdure et fleurs chargées de gouttelettes magiques.

    mardi 9 juin 2009

    Ile aux Grues et aux Oies





















    DIAPORAMA ILES AUX GRUES-AUX OIES

  • site officiel de l'ile aux Grues


  • La saison étant encore assez fraîche (de 15 a 20° le jour et 3 a 8° la nuit), mais ensoleillée pour quelques jours, les mouches ne sont pas encore vraiment sortie.
    Je prépare hâtivement mon sac Le vendredi matin avec des sachets de couscous et ramen ( pas pris le temps de déshydrater de bons repas)
    DESTINATION;
    en face de Montmagny a 1 heure de Québec en voiture, mais moi, je dois traverser Quebec en bus, prendre le traversier pour
    d'où je vais rejoindre la route 132, pour faire du pouce. Je marche un bon moment, ca me permet de voir un coté de Levis que je connaissais pas, et un jeune homme qui sortait de l'école s'arrête, il va a Saint François de Montmagny, je voulais voir
    c'est juste parfait, c'est en bas de la route a 2 km...
    Étant en hauteur, je vois le fleuve, majestueux, avec cet inimitable bleu argenté par ciel bleu.






















    Dans un champs a droite, bordé par une foret, j'aperçois au loin 2 biches et un fanon, Ravie, je peux même les zoomer un max, pour les voir mieux et les photographier, le seul problème avec le zoom du powershot, c'est que il s'ajuste très peu longtemps, et l'on doit dezoomer pour retrouver ce qu'on photographie, et surtout pas bouger, ce qui est vraiment pas évident quand on fait des prises a main levée, sur des sujets qui bougent. Enfin bref j'y arrive quand même.

    Je connais pas du tout cette partie du fleuve, et je découvre un joli village, avec un bord de fleuve bien aménagé, ainsi qu'une petite marina.





















    je pensais faire un maximum de marche sur les bords du fleuve sur les plage,et éventuellement y camper, mais il y a tellement de chalet, sans accès au bord de l'eau facile, avec des roches d'un beau rouge, ou des marécages.
    Je decide de reprendre le pouce, pour aller a
    tres vite une auto avec une petite famille s'arrête et me conduisent même a l'embarquement du traversier(gratuit) pour l'île aux grues, dommage il est deja parti depuis 1 heure.





























     Traversier de Montmagny a L'ile aux Grues

    le prochain sera demain matin a 7h30.... a marée haute, car comme dans beaucoup de projets entre le fédéral et le provincial, la conception du quai du traversier ne concordait pas vraiment avec l'endroit, puisque très peu profond, d'après ce que m'ont dit des insulaires, a saint Ignace, quelques kilomètres plus loin, l'eau y est plus profonde, donc plus accessible en dehors de la marée haute. De plus étant donné l'étroitesse de la possibilité d'accoster on embarque les véhicules de coté, ce qui prend plus de temps, et on y perd de la place.
    Une habitante m'a expliqué que certaine fois elle doit faire demi tour et retourner a Québec, quand il y a trop d'affluence. L'idéal, quand on peu est d'arriver plusieurs heures d'avance, afin d'être sur d'embarquer..........mais bon quand c'est a 7 h le matin. pas évident du tout.......
    Je repère en face de l'embarcadère, de l'autre coté de la rivière qui se jette dans le fleuve, un endroit qui pourrai être bien pour camper.
    j'en profite pour visiter un peu, et suis une piste cyclable,marcheurs...... agréablement aménagée.


























    Un pécheur attrape un poisson tout doré pour le plaisir des ses enfants, qui sautent et crient de joie.
    Il y a toute une aréa avec des tables a pic-nic avec toiture, avec une superbe vue sur l'estuaire de la rivière, ou un splendide couché de soleil s'offre a moi ,accompagné des
    après le souper.
    Mais avant je suis aller reconnaître les lieux de ma nuit, ....marrant ce sera juste en dessous du camping, archi plein, en surplomb, ou je n'entendrai pas les fêtards habituels.
    A la nuit, vers 21h30, je me dirige vers mon futur campement, arffff.... 3 vélos sont sur le sol, et 3 jeunes gens font un feu sur la grève...... pas grave, je m'éloigne un peu, et trouve un endroit convenable, d'ailleurs ils parlent tout doucement et partent vers 11 h.

    Je me réveille a 3h30 et j'entends la mer vraiment pas loin, comme c'est la période de la pleine lune, l'endroit peut être submerger, je me suis levée et ai plié bagage.
    a 1 bon km, j'ai trouvé un Tim Horton, pour un café (j'avais deja déjeuner au levé du jour devant la baie).
    Je me pointe a 6h45 au traversier, que l'on peut voir au loin, il est stationné a l'île.
    Sur le bord du quai, des mouvement et des sauts dans l'eau sont intrigants, et je fini par voir d'énormes poissons qui semblent se battre, un monsieur explique que ce sont des Carpes "Française" "appellation d'ici, je n'ai pas trouvé d'explication", elles mesurent bien 1 mètre, et sont en période de reproduction, c'est le pourquoi du remue ménage en bord de l'eau.
    Le traversier arrive, après 25 mn on arrive enfin, le temps est ensoleillé, léger vent, parfait pour la marche.























    je passe par le centre d'information "sommaire, mais suffisant" ou j'obtiens un plan de l'île et ce qu'il y a a faire.
    Je vais par la gauche ou un sentier longe la grève, très agréable , je marche sur la plage aux cailloux fins, je surprend une dame qui fait de la macro (je la reverrai le lendemain, en jogging avec son conjoint, ou elle me proposera de me prêter un vélo) on discute 5 mn, elle me donne des infos sur l'île, et je continue, en passant au travers de petites haies, car je veux continuer sur la grève, le chemin remontait dans le bois des pins.
    la pointe de l'île est superbe, sauvage a souhait, j'y repère plein de petits spots assez haut sur la plage pour y bivouaquer au sec.
























    la marée étant basse j'ai accès au bord de mer, car a certains endroits des avancées rocheuses, a marée haute, fermeront le passage.
    Au bout d'une superbe baie, bien arrondie, s'aperçoit un homme qui semble faire un petit feu, en m'approchant, je le photographie de loin, il m'invite a déjeuner, mais je me contente de discuter 5 mn avec, il a campé en sous bois, juste au bord, il me propose la place, car il part l'après midi......je verrai.
    il faisait griller ses toasts et mettait du beurre de peanuts dessus, il était bien cool, la sur la plage.
    il me signal un phoque mort a l'angle de la baie, et de contourner, pour l'éviter.
    Voila la baie ou se trouve le Bateau Ivre (un vrai bateau échoué, aménagé en restaurant) il y a quelques hérons au loin, il sont vigilants, des que j'avance en dehors de l'ombre, ils me repèrent et s'envolent, impossible de les approcher a plus de 300m minimum.




























    Ce coin du village "appelé la basse ville" est très joli, tout en bordure de la mer (on dit la mer pour le fleuve a cause des marées) c'est d'ailleurs ici la limite entre l'eau salée et l'eau douce.
    En continuant, le centre du bourg a un petit restaurant tenu par une famille de 8 personnes ; un frère propriétaire et ses 7 sœurs qui s'occupent de tout ( pas très jeunes, dans les 65-75 ans, mais très vaillantes) je m'y arrête pour un café et un gâteau double
    attablée avec une dame qui m'a proposée des mon entrée, de partager sa table, car un groupe de 25 personnes prennent toute la place.
    Elle prend un repas complet , on discute fort, elle est infirmière, a vendu sa maison et se déplace en petit campeur, bien aménagé, elle m'invite a le visiter, ainsi que de m'amener a l'île verte, mais je préfère continuer ma visite de cette île ci.


























    Elle me propose aussi son vélo, mais non décidément, je préfère la marche.
    Comme l'avait prévu la météo, des nuages commençaient a s'accumuler, je me dirigeais vers
    île privé,
    , qui n'est séparée que par une
    avec l'île aux grues. Juste a l'embranchement pour les battures, des gouttes commencent a tomber, je vois sur la route au loin des bâtiments, je me dis que je pourrais peut être m'y mettre a l'abris,...............nonnnnnnnnnnnnn! il s'agis en fait de la propriété du
    Qui depuis sa mort en 2002, a eu trop de visiteurs importuns, est fermée par des clotures en fer forgé. ..........Un gros orage a éclaté et me voila toute mouillée a part le haut sous le parapluie pratique et efficace.























    Je me réfugie contre toute sécurité, sous un très gros arbre, car le vent est fort, il a un tronc large et une grosse branche qui me protégera magnifiquement pendant le déluge qui durera une quinzaine de minutes, Je découvre en faisant mes recherches que cet arbre s'appelle l'arbre des amoureux, pas étonnant il est généreux ;), en fait l'orage était surtout sur Montmagny, ou de gros grêlons tombaient ( ai-je appris plus tard ).
    Bon mon pantalon séchera vite en quelques minutes, mais les chaussures c'est une autre paire de manche.....le soleil et le vent sont vite réapparus, j'ai essoré mes chaussettes, attendu un peu que çà sèche, j'ai mis des chaussettes sèches et ai repris mon chemin vers le village, car avec tout ça, le temps passait et pour aller a l'île au oies s'était trop tard.

























    Un autre orage s'avançait lourdement.... je retournait au café manger un petit morceau, en attendant la nouvelle pluie, qui se fit attendre, légère au début, s'est arrêtée, je sors, et bammm ca retombe fort a nouveau, me remouille les pieds, trouve un petit abris, et attend que ça passe.
    Je me dirige vers mes emplacements prévus pour la nuit, mais la mer est trop haute et empêche le passage.
    Je trouve un raccourci, pour monter sur le chemin du parc naturel du bois des pins, prend un petit chemin ou je me perd, il est pas entretenu et se perd, je remonte, et la je suis le bon chemin, et retrouve l'endroit du gars cool du matin, mais je préfère être a l'air libre pour camper, a 200 m du phoque mort qui commence a sentir un peu, mais le vent est bienfaisant avec moi ;) .
    Un joli emplacement, bien plat juste assez haut avec une vue imprenable.


























    Sauf que j'ai du manger avec le filet a mouche sur la tête, car les "maringouines" (ce sont les femelles qui piquent) se sont réveillées avec l'orage a la tombée du jour, elles sont affamées......je dois mettre mon pantalon de pluie, et la veste aussi, ainsi que 2 paires de chaussettes, car elles passaient a travers d'une seule (une bonne vingtaine de piqûres par cheville).
    Je dois aussi manger en marchant, c'est énervant, et désagréable.
    La nuit est bercée par les vagues assez forte au début, et en bloup bloup par la suite.
    Levée a 6h30, que je croyais 7h30.......ralala....enfin bref, je démonte la tente bien protégée des moustiques qui m'attendaient en bourdonnant, mais j'ai même mis des gants...na... comme il fait pas chaud, ça va bien.
    je reprend le chemin le plus direct pour remonter en haute ville ( une vingtaines de maisons quand même) je croise la dame aux photos macro de la veille, et me rend au resto, ou il y a un bon brunch du dimanche, me régale, et part pour l'île aux oies, qui se trouve a 7 km du croisement + 2,5 km pour s'y rendre.



























    En fait c'est assez décevant, comme parcours, je vais quand même jusqu'au bout, voir 2 km sur l'île aux oies, mais je croise des personnes en 4 roues qui sont pas très accueillantes, de plus je vois pas plus d'intérêts a aller plus loin, c'est pareil.
    Je vois quand même quelques oiseaux dont un rapace et des petits oiseaux noirs au collet jaune et banc,sur le derrière de la tête, désolée, J'ai pas noté le nom sur les planches de description sur le parcours.



    Au retours le vent est très fort, désagréable , rien ne l'arrête, sur le plat.
    Je retourne dormir a la même place qu'hier, car je pensait trouver sur l'île aux oies, mais c'est carrément impossible, je repars au matin par le traversier, ou j'ai la chance d'être embarquée par une habitante de chalet de l'île qui me ramènera devant chez moi.
    J'y retournerai a l'automne, lors de l'arrêt des oies des neiges, il y aura pas de moustiques en plus et le chants des oies, j'adore.
    un truc marrant, c'est que les enfants du primaire vont a l'école en avion chaque jours, matin et soir, à cause des horaires trop variables du traversier.