------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le Dalaï Lama répond a cette question; qu'est ce qui vous surprend le plus dans l'humanité ? : " Les hommes....Parce qu'ils perdent la santé pour accumuler de l'argent, Ensuite ils perdent de l'argent pour retrouver la santé. Et à penser anxieusement au futur, ils oublient le présent de telle sorte Qu'ils finissent par ne vivre ni le présent ni le futur. Ils vivent comme s'ils n'allaient jamais mourir..... Et meurent comme s'ils n'avaient jamais vécu ". ......ne pas oublier que l'on nait tous de la même couleur: violette...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

mardi 8 mai 2007

Cap Tourmente



Cap tourmente, lieu de halte migratoire, pour les oies dites "des neige" ici. Ainsi que d'autres oiseaux.




DIAPORAMA SUR PICASA


J'ai pu voir et photographier aussi un héron bleu, en vol(au téléobjectif) la marée descendait les oies, allaient a la vase toute fraîche, et décollaient des que je m'approchais.

pour y accéder, si on a pas de voiture, c'est pas trés évident, mais j'ai finalement trouvé un autobus de "intercar", qui part de Québec , le matin a 9h45, le chauffeur m'a descendu au niveau de la mairie de beaupré pour un coût de 7$26 taxes incluses, pour les 50 km.

Le retour en stop(pouce), trés facile.

En sortant du bus, j'ai rejoint la ligne de chemin de fer(appelée track ici), en allant vers le fleuve, prendre a gauche prêt du moulin, il y a qu'un train par jour, vers 12h30-13 h. Il y a environs 7 km, pour arriver a la réserve.

Sinon a bicyclette, c'est faisable aussi, mais le bus prend pas je pense les bicyclettes (se renseigner), car il y a une petite route qui mène a cap tourmente quand même!.

Je ne suis pas allée jusqu'à l'entrée officielle du parc (économisée 6$ +taxes), car en route sur la track, j'ai trouvé un accès au fleuve, sans panneau d'interdiction.
Je craignais la bouette (boue), mais en fait non, surtout au bord de l'eau en suivant les méandres érodés par les vagues et le vent, jusqu'à"a ce que je ne puisse traverser un petit ruisseau.

En tout, en m'arrêtant manger mes pomme, ça m'a pris 5 h, tranquille, avec en prime des coups de soleil sur le visage, je me suis pas méfiée du soleil voilé, avec un vent assez fort.